“UNE CARRIÈRE C’EST AVANT TOUT DES OPPORTUNITÉS, DES RENCONTRES ET DES EXPÉRIENCES”

Découvrez le parcours et la motivation d’Audrey Hirschfeld, ancienne Isépienne (promo 2003), responsable programme système de combat et de drone chez Naval Group et marraine de la délégation Elles bougent PACA.

QUEL EST VOTRE MÉTIER ET POUVEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE UNE JOURNÉE-TYPE ?

Je suis responsable programme système de combat et de drone chez Naval Group, ce qui consiste à concevoir, fournir et intégrer un système complet sur des bâtiments de surfaces (i.e navire militaire). Je dois donc m’assurer que le système fourni soit conforme aux exigences du client, qu’il soit développé et intégré selon le planning de la direction de programme, et qu’il ne coute pas plus cher que le budget alloué.

 

 

img_1492.zoom.jpg.

 

Ma journée type dépend de la phase du programme en cours : en début de programme, dans les phases de conception et de développement je passe l’essentiel de mes journées au bureau, souvent en réunion avec les équipes de conception et/ou le client

En phase de production et de pré chantier, je suis amenée à aller davantage chez les fournisseurs et à assister à leur test de bon fonctionnement

Lors de la phase finale du chantier et essais à quai nous allons à bord des navires tous les jours, puis j’embarque pour les essais mer.

AVEC QUI TRAVAILLEZ-VOUS ?

Je travaille avec les directions de programme en charge de l’entretien et de la maintenance des bâtiments de surface, mais également avec les directions de programme en charge de la conception des futurs navires.

J’encadre des architectes, des responsables systèmes, des concepteurs développeurs et des intégrateurs fonctionnels, tous responsables du développement du système de drone, et de son intégration à bord des navires.

Je travaille également avec les métiers transverses de Naval Group tels que les contrôleurs de gestion financière, les acheteurs, le commerce et la qualité.

Je suis en interface direct avec nos clients étatiques : la Direction Générale des Armées et la Marine Nationale afin de m’assurer que le système conçu corresponde au mieux à leurs attentes.

Enfin, je suis en charge des achats auprès de nos fournisseurs en système de drone, ou d’autres équipements du système de combat des navires.

COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT VOTRE VOIE ? ÉTAIT-CE LE SECTEUR OU LE MÉTIER QUI VOUS A ATTIRÉE ?

Je me suis dirigée vers un métier d’ingénieur comme mon père, car c’est un métier polyvalent, qui permet de travailler dans des domaines très variés. Les études d’ingénieurs permettent en effet de nombreuses perspectives professionnelles. Dans mon cas, j’ai suivi un cursus généraliste à l’ISEP, avec l’option Informatique.

Et finalement, le fait de travailler à Toulon dans un contexte militaire, c’est un peu un hasard. Une carrière c’est avant tout des opportunités et des rencontres et des expériences.

 

 

AVEZ-VOUS RENCONTRÉ ET SURMONTÉ DES OBSTACLES LORS DE VOTRE PARCOURS ?

Lors de mon parcours j’ai eu le sentiment de devoir travailler davantage, faire preuve de rigueur et de la ténacité, pour gagner ma place.

J’ai perçu du sexisme ordinaire en école d’ingénieurs, et parfois dans mon métier, qui peut s’expliquer par le nombre peu élevé de filles, ce qui m’a incité à m’engager dans l’association Elles bougent. Cependant j’ai l’impression que cela évolue dans le bon sens, je constate que la féminisation est en cours sur les derniers programmes auxquels j’ai participé.

QUEL MÉTIER IMAGINIEZ-VOUS FAIRE LORSQUE VOUS ÉTIEZ EN SECONDE ?

Je pensais me diriger vers des études en lien avec la biologie car j’ai beaucoup apprécié le programme de seconde sur la photosynthèse ! Et un peu moins celui de 1ere finalement…. qui m’a fait me rediriger vers la physique et les maths.

AVEZ-VOUS DES CONSEILS À DONNER AUX JEUNES FILLES QUI VEULENT S’ORIENTER DANS CETTE FILIÈRE ?

La filière scientifique nous permet d’embrasser tellement de carrières différentes. La science et l’innovation sont partout, et c’est passionnant. Le domaine du naval militaire restera essentiel, nous l’avons bien vu lors des derniers évènements liés au coronavirus, avec le déploiement d ‘une partie de la flotte française vers les Antilles et le sud de l’océan indien dans le cadre de l’opération résilience pour soutenir les et les services publics dans les domaines sanitaire, logistique et de la protection.