Témoignage d’expat’ : Prague

Alexandre, promo 2020, nous raconte son échange académique à Prague en 2ème année du cycle intégré international.

Bonjour, pouvez-vous présenter votre parcours ?

J’ai rejoint l’ISEP juste après un bac S, dans le cycle intégré international. Durant ma première année, j’ai cofondé l’association entrepreneuriale de l’école, Hustle’ISEP. Qui depuis lors, a profité d’un esprit entrepreneurial grandissant au sein de l’école !
En effet, depuis longtemps je suis passionné par l’entrepreneuriat, ce qui a façonné ma conception de mon parcours ici. Ainsi je le conçois comme un des nombreux chemins me permettant, en tant qu’individu, de créer des solutions à des problèmes globaux.
Après le temps de l’ingénieur-manageur, voici maintenant l’aube des ingénieurs-entrepreneurs qui se dessine.

Pourquoi avoir choisi ce pays pour passer votre semestre d’échange ?

Lors du parcours CII, j’ai eu l’occasion de partir entre le deuxième et le troisième semestre à l’étranger pour une « summer school » d’un mois. J’ai alors décidé de partir pour Prague, en République Tchèque. C’est d’abord la culture et la liberté que ce pays respire qui m’ont intriguées. La réalité ne fit que confirmer cette suspicion. C’est donc tout naturellement que pour mon second départ, j’ai choisi à cette ville, surtout pour le cursus multidisciplinaire proposé.

Aviez-vous des appréhensions avant de partir ? Pour préparer votre échange ?

Aucunement, une fois les questions pratiques réglées, ce fut tout naturellement et sans accroche que mon départ se fit.

Bibliothèque CTU Prague

Comment c’est passé votre installation ? Ou étiez-vous logé ?

Avec un camarade, nous nous sommes installés ensemble dans un appartement pas si loin de l’université (10 minutes à pied). L’installation s’est bien faite, même si bien évidemment nous avons dû découvrir le quartier pour trouver les bons coins afin de faire nos courses et apprécier la ville, mais cela s’est fait sans problème majeur.

Avez-vous remarqué des différences entre la vie étudiante à Prague et celle en France ?

Tout d’abord nous sommes dans une université et non pas une école. Ainsi nous voyons un différent mode de fonctionnement, avec plus de liberté donnée aux étudiants, le revers de la médaille étant une responsabilité plus forte. Ici nous croisons tous les jours des exchanges et ERASMUS d’autres contrées, ce qui enrichit fortement notre perception du monde et des autres, ce qu’on ne voit pas à l’ISEP sauf pour les Stanfordiens.

Et au niveau des différences culturelles ? Avez-vous eu des difficultés à vous adapter ?

La langue tchèque est connue pour la difficulté de son apprentissage, ainsi, ce n’est qu’après plusieurs mois que j’ai pu apprendre à prononcer « au revoir » en tchèque sans craindre d’avoir malencontreusement insulté mon interlocuteur. Mais bien que l’expression soit compliquée, on assimile vite la compréhension de base. Pour le reste de la culture, outre la difficulté d’obtenir du bon beurre demi-sel, fromage et vin – problème classique des séjours à l’étranger pour un Français – l’adaptation s’est faite très facilement. Il faut aussi dire que la vie étudiante se ressemble à travers le monde : bibliothèque, sorties et cours, pas forcément dans cet ordre.

Quels ont été vos coups de cœur, votre meilleur souvenir ?

La ville est belle, très belle, pas seulement de façade, car chaque rue projette une histoire et une ambiance particulière et envoutante. Surtout la nuit.

Et le pire souvenir ? Une expérience que vous auriez préféré éviter ?

On a perdu l’eau chaude, d’ailleurs on ne l’a toujours pas retrouvée.  [Mise à jour : depuis c’est fait!]

 

 

À lire aussi

Cycle intégré international (post BAC)
Lire la suite
Témoignage d’expat’ : Hong Kong
Sanguita et Anastasia, promo 2017, nous racontent leur échange académique à Hong Kong en 3ème année du cycle ingénieur.... Lire la suite
Ouverture internationale
Lire la suite