L’ANFR a organisé, en partenariat avec l’ISEP, son hackathon des fréquences « FrHack ! 2019 »

25 et 26 mai 2019 ISEP - 10, rue de Vanves à Issy-les-Moulinaux

« Nouveaux services, nouvelles technos : se faire une place dans un spectre surchargé »
Objets connectés, transport autonome, smart building, smart city, usine intelligente … comment l’IA, le BigData et la Blockchain peuvent leur permettre de trouver et de gérer dynamiquement leur place dans le spectre des fréquences.

Après trois éditions en 2016, 2017 et 2018, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a organisé les 25 et 26 mai 2019, le hackathon FrHack! en partenariat avec la grande école du numérique ISEP, un évènement créatif et technologique autour des fréquences qui a pour thème « Nouveaux services, nouvelles technos : se faire une place dans un spectre surchargé ».

Avec l’essor des objets connectés de tous types et de services consommateurs de fréquences (transport autonome, télérelèves, eSanté, smart city, smart building, smart manufacturing …), les usages du spectre se densifient. Par ailleurs, le rythme de déploiement des nouvelles technologies hertziennes s’avère plus rapide que celui de l’extinction des technologies plus anciennes. Le spectre s’encombre et il devient de plus en plus prégnant de disposer de solutions permettant de cartographier et de gérer dynamiquement son usage pour garantir, par exemple, la disponibilité effective de fréquences au moment où les services les requiert et l’absence de perturbations entre services. Avec son hackathon FrHack! 2019, l’ANFR vous propose d’explorer l’apport des nouvelles technologies, BigData, Intelligence Artificielle ou encore Blockchain, pour une gestion plus efficace du spectre en temps réel.

Parmi les 6 projets présentés, le deuxième prix a été décerné à des Isépiens : Pierre Rozo, Nidhal Sabbah et Urchade Zaratiana ont su s’approprier les concepts du métier de gestionnaire du spectre pour mettre en œuvre des traitements de grandes masses de données !

Ex-æquo en 3ème poition, l’équipe de GarageIsep : Joseph Bosselut, Nicolas Pasquier, Antoine De Barruel et Thierry Lincoln, qui a travaillé sur les réseaux neuronaux pour prévoir la qualité de transmission dans les Hautes Fréquences liée aux variations aléatoires de l’ionosphère.

 

Un grand bravo à eux !

Cliquez ici pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

En savoir plus

À lire aussi