8 mars : journée des droits de la femme. La Directrice de Stanford en France s’exprime

Partenaire de l’ISEP, Directrice de Stanford France, Estelle Halevy 
vous avez accepté de vous exprimer en cette journée internationale des droits de la femme. Nous avons souhaité vous interviewer en tant que femme car votre mission de rapprocher les cultures est admirable, en quoi cela consiste-t-il?

C’est vrai qu’en facilitant les échanges entre étudiants américains et étudiants français, nous œuvrons à Stanford au croisement des cultures, à l’enrichissement du dialogue entre les Etats-Unis et la France. Par ailleurs, nos étudiantes sont frappées par le nombre de femmes qui dirigent la recherche à l’ISEP. Deux des nôtres sont actuellement en stage de recherche dans ce cadre.

Pourquoi Stanford a -t-il noué cette coopération avec l’Isep?

On voulait être situé au cœur de Paris et coopérer avec une école de renom. Certains étudiants de Stanford viennent étudier l’informatique, d’autre les arts plastiques ou l’histoire de l’art, c’est très varié. Ils suivent aussi d’autres cours dans d’autres universités spécialisées. Paris, c’est aussi la ville des Arts! L’Isep est tournée vers l’innovation comme Stanford, c’est un point commun fort!

Quels sont les projets de Stanford?

Historiquement, c’est l’une des universités américaines qui a commencé le plus tôt à investir dans les projets internationaux. En effet, nous avons été pionniers dans le domaine et Paris reste une destination de choix!
On veut continuer notre coopération avec l’Isep. Les étudiants qui sont sélectionnés pour aller à Stanford sont de très grande qualité et ils sont toujours très heureux de leur expérience dans un laboratoire américain de Stanford!  En physique l’un des professeurs e l’Isep coopère avec un professeur de physique de Stanford, il y a plein de projets pour les femmes et les… hommes.